Slate – février 2018

Extraits d’entretiens avec la journaliste Agnès de Féo, à propos du mot « autrice » et de la démasculinisation de la langue, dans le cadre de deux articles :

« Pourquoi on n’a aucun mal à dire coiffeuse et beaucoup plus à dire professeuse » :
Auteure, professeure… On voit surgir de nombreux néologismes pour qualifier certains métiers exercés par les femmes. Pourtant, des mots existaient déjà depuis des siècles pour les décrire. Petite histoire d’une tentative d’effacement.

« Quand les femmes de pouvoir résistent à la féminisation »
Paradoxalement, les pionnières qui accèdent à de hautes fonctions, notamment politiques, sont parfois les premières à refuser l’accord de leur titre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s