Studio féminin : Un théâtre exclusivement réservé aux femmes, à Paris, en 1932

Un article du journal canadien The Montreal Gazette, daté du 10 septembre 1932, annonce la création du Studio féminin, un théâtre exclusivement réservé aux femmes pour leur permettre de prendre leur place dans le milieu théâtral en tant qu’autrices et metteuses en scène. Il est dirigé par la romancière et directrice de théâtre Magda Contino (1901-1965). En 1943, la célèbre dramaturge Marcelle-Maurette y fait représenter sa pièce Pantinade.

« Théâtre pour femmes

Les hommes seront exclus du Studio Féminin.

Un théâtre exclusivement féminin a été fondé à Paris. Les hommes seront entièrement exclus de son fonctionnement. Les pièces – ainsi que les accompagnements musicaux – seront écrites, mises en scène et jouées uniquement par des femmes. La scénographie sera conçue et réalisée sans l’aide d’un homme. Le Studio Féminin a été créé – ironie du sort, rue des Amiraux -, car trop peu de femmes ont pu s’élever au rang d’autrices dramatiques jusqu’ici. Un concours va être organisé : la date limite pour proposer une pièce est fixée au 15 septembre. L’oeuvre récompensée sera représentée l’hiver prochain.

Le but de cette entreprise est de permettre aux femmes de prendre une place plus importante dans le milieu du théâtre. Même si le premier rôle dans la distribution des personnages est souvent féminin, on estime que les hommes se sont jusqu’ici jalousement accaparés les rôles d’auteur et de metteur en scène. »

 

Déjà, en 1898, Marya Cheliga avait fondé, pour les mêmes raisons, le Théâtre féministe international. Et en 1911, un trio d’autrices (Berthe Dangennes, Judith Gautier et Sarah Bernhardt) avait créé, à leur tour, la Société des auteurs dramatiques féminins, dite « la Halte », ouvrant « un concours de pièces en un acte pour toute femme auteur dramatique». La pièce primée était jouée au Théâtre Michel, rue des Mathurins. En savoir plus.

En 2017, on compte 52% d’étudiantes dans les écoles de l’enseignement supérieur Culture en spectacle vivant, mais les principales scènes publiques en France ne programment que 24% d’autrices et 29% de metteuses en scène : http://www.ousontlesfemmes.org/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s