Pourquoi y a-t-il si peu de femmes auteurs dramatiques ? (2) La réponse du directeur de l’Odéon en 1924

De juillet à septembre 1924, la revue Le Cri de Paris lance une enquête « Pourquoi y a-t-il si peu de femmes auteurs dramatiques », à la demande de la journaliste Odette Pannetier (seule femme membre du premier jury du prix Renaudot en 1926). Un florilège de réponses proposées par le Tout-Paris théâtral de l’époque est alors publié, pour le pire et le meilleur…

La réponse de Firmin Gémier, acteur et metteur en scène, directeur du théâtre de l’Odéon de 1922 à 1930 :

Firmin_Gémier_1927Les femmes n’écrivent pas encore pour le théâtre parce qu’elles ne l’ont pas encore voulu. Dès qu’elles le voudront elles le feront. Jadis elles ne jouaient pas la comédie. Et maintenant vous voyez… D’ailleurs, je suis persuadé que toutes les femmes peuvent, plus ou moins bien jouer, ce qui est loin d’être le cas des hommes. Pourquoi n’écriraient-elles pas avec la même facilité ? Non, non, croyez-moi, c’est qu’elles ne l’ont pas encore voulu. Ce serait curieux de voir enfin un caractère de femme bâti par une femme. Au théâtre, nous ne voyons les femmes que comme les auteurs les voient, c’est-à-dire en hommes. Ca ne peut pas être rigoureusement vrai. Peut-être les femmes n’osent-elles pas écrire pour le théâtre, peut-être reculent-elles devant les difficultés. Les directeurs de théâtre ne sont pas encore très habitués à prendre les femmes au sérieux. Qui sait si ce n’est pas par timidité que les femmes n’écrivent pas de pièces ?

En 2012, Luc Bondy ne semble toujours pas s’être habitué à prendre les femmes au sérieux… à moins, peut-être, qu’il ne s’agisse d’un excès de timidité de la part d’un metteur en scène qui, pour sa première création en tant que directeur du théâtre de l’Odéon, présente un Retour de Pinter « atteignant des sommets de misogynie »* ?

Lire les remerciements de La Barbe à Luc Bondy, actuel directeur de l’Odéon, pour sa programmation 100% testostérone

Voir la vidéo du discours de La Barbe à l’Odéon

Découvrir également la réponse de la comédienne Cécile Sorel à l’enquête du Cri de Paris 

* Sophie Deschamps, ancienne présidente de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), lors de l’audition d’H/F par la délégation aux droits des femmes, 15 novembre 2012 (lire le compte rendu)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s